vendredi 16 octobre 2009

L'histoire d'une photo (et d'un profil...)

Mais quel est donc le paysage qui apparaît derrière moi, sur la photo de mon profil ? Oui, oui, il s'agit bien de la photo dans la colonne de droite, juste à côté, là.
Je suis sur les rives du Saint-Laurent, plus précisément sur l'île d'Orléans, non loin de la magnifique ville de Québec. Donc, ce n'est pas encore le Grand Nord canadien, mais c'est déjà un dépaysement total.
Il arrive quelquefois que des icebergs en provenance du Labrador descendent le Saint-Laurent et se disloquent en plusieurs "petits" morceaux (qui font quand même pour certains au moins 3 m de hauteur)... Même s'ils ont déjà bien perdu de leur superbe, ils dominent encore largement les épaisses plaques de glace qui recouvrent partiellement le fleuve à cette période de l'année, c'est-à-dire le début du mois de mars.
Le Saint-Laurent couvert de glace me fait le même effet qu'une vue sur les marécages du Pantanal ou les récifs coralliens de la Réunion : c'est d'une beauté à couper le souffle. C'est la nature qu'on se prend en pleine figure. C'est le sentiment que le paradis existe sur terre, qu'il n'y a pas besoin d'espérer un ailleurs pour trouver le bonheur.
Mais voilà, d'autres en ont décidé autrement et au mépris de tous les peuples du monde, de toutes les merveilles que la nature nous offre, ils sont en train de démolir ces visions de rêve à coup de gaz à effet de serre, d'industrie galopante et d'urbanisation toujours plus folle. Pour une seule raison : avoir encore plus d'argent, une voiture encore plus grosse, une maison encore plus grande... bref, pour avoir un bonheur encore plus grand. Car c'est bien connu, ce sont les valeurs actuelles qui déterminent le bonheur.
J'en entends déjà rétorquer que pour voir toutes ces merveilles du monde, il a bien fallu que je prenne l'avion et que par conséquent je participe aussi à cette pollution. C'est vrai, et je n'en suis pas fier. Mais justement, témoigner de la beauté de ces choses, sensibiliser pour qu'enfin cesse le massacre, c'est déjà essayer de réparer un tant soit peu le mal que l'on inflige à notre planète.
Alors, rêve de bobo ou conscience d'un monde qu'on est en train de perdre ? À vous de juger...