samedi 2 octobre 2010

Danio margaritatus, petit mais costaud !

Le titre de ce billet aurait très bien pu être "Le bassin, fin pour 2010"…
Je m'explique : mi-septembre, tous les poissons ont été retirés du bassin. Concernant la population, il y avait :
-Danio rerio
-Danio margaritatus
-Puntius nigrofasciatus (qui n'a guère apprécié les fortes chaleurs de cet été)
-Puntius titteya (résiste aussi bien au chaud qu'au froid !)
-Poecilia reticulata "rio Tefe"

Donc, logiquement, tous les poissons ont été récupérés et ont depuis regagné leur aquarium. Concernant les "rasboras galaxy" (D. margaritatus), je n'en ai récupéré que 3 sur 5. Mais ces petits poissons à la longévité brève, déjà âgés de 3 ans, se trouvant dans un environnement (relativement) hostile, je n'ai guère été étonné.

L'étonnement ne date en fait que d'hier ! Par cette belle journée automnale, où la température est remontée jusqu'à 23°C, je regardais le bassin jonché de feuilles mortes, qui prend une allure si particulière, une véritable ambiance poétique. Je vois encore quelques larves de moustique pas encore saisies par le froid et qui profitent des quelques rayons de soleil qui réchauffent encore la surface de l'eau. Et puis, d'un coup, un mouvement bien saccadé, une nage particulière : un petit poisson qui file à bonne allure, avec une livrée bleue parsemée de jaune et des nageoires d'un superbe rouge. Ça ne peut pas être un guppy… et encore moins un poisson rouge !!! Mais alors : qu'est-ce donc ? Un avion ? Non. Un missile ? Non. SUPERMAN ???!!! Toujours non. La Mère Denis qui lavait son linge sale ? Non, le bassin est trop petit et ce n'est pas très écolo…

Je vous le donne en mille (si vous êtes surpris en découvrant la réponse, c'est que, vraiment, vous n'avez pas lu le titre de ce billet…) : le 4e Danio margaritatus, porté manquant depuis belle lurette ! Je n'en ai confirmation qu'il y a à peine une heure, après avoir enfin réussi à l'attraper à l'épuisette. J'en ai bien sûr profité pour mesurer la température moyenne de l'eau, notamment où il évoluait : à peine 12°C. En sachant que les valeurs sont remontées depuis 3 jours, celle-ci a dû descendre allègrement en-dessous de 10°C, sans doute à 7-8°C.
Il n'est donc guère étonnant que ce petit poisson n'apprécie guère les hautes températures (rappelons qu'il est conseillé de le maintenir à température ambiante plutôt qu'à 26°C). S'il était couramment admis qu'il ne craint pas des valeurs descendant jusqu'à 16°C, c'est tout de même autre chose de passer sous la barre des 10°C.
Attention, cela ne veut pas dire que Danio margaritatus puisse survivre tout un hiver dans nos contrées. C'est peut-être possible dans un bassin bien abrité, sans prédateur aucun, mais il en est autre chose de l'environnement naturel. De plus, sa petite taille et ses vives couleurs en font une proie facile, même s'il reste particulièrement véloce à basse température.
Mais, dans des conditions optimales, peut-être peut-il s'acclimater au bassin, comme le fait Tanichthys albonubes ? Cela reste au conditionnel, et il est aujourd'hui trop tard pour tenter l'expérience, les poissons ayant été sortis du bassin. Une réacclimatation en ce début octobre ne serait pas une bonne idée. Mais qui sait ? Peut-être laisserai-je quelques spécimens en extérieur à la fin de l'été 2011. Affaire à suivre…



4 commentaires:

  1. Bon et bien, il faudra que je teste ça dans le froid "polaire" de l'Est...
    Merci pour l'info.

    Sylvain

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que les couleurs et senteurs de l'automne peuvent être particulièrement poétiques. Ca faisait longtemps que je n'étais pas repassé sur ton blog. Toujours aussi plaisant et intéressant à lire !

    Tout à l'heure, j'ai aperçu un amandae bien vif dans un buisson de monosolenium. Ce we, je tente de convaincre mes palaemonetes de rentrer au bercail !...

    Marc (Mac)

    RépondreSupprimer
  3. bonjour,

    alors depuis l'expérience a t elle était réalisée ?

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    Non, je n'ai pas eu assez de place en extérieur l'été dernier pour renouveler l'expérience.
    Je verrai peut-être cette année… mais pas sûr !

    RépondreSupprimer