lundi 5 mars 2012

Dur hiver pour les tanichthys

L'hiver en Provence, comme partout ailleurs dans l'Hexagone, voire dans toute l'Europe, a été particulièrement rigoureux.
En plus d'une neige qui a recouvert jardin et bassin durant une bonne dizaine de jours, la glace était de la partie, avec des températures parfois inférieures à -10°C la nuit, et qui approchaient péniblement les -3°C au plus "chaud" de la journée.

Il va sans dire que pour les vairons de Chine (Tanichthys albonubes), dont la distribution s'étend depuis les environs de Canton jusqu'au nord du Vietnam, cet hiver était particulièrement rude. J'ai maintenu sans difficulté plusieurs générations de ces petits Cyprinidés en extérieur, en Provence, où la rare glace n'avait pas plus de 2 cm d'épaisseur (voir mes publications à ce propos dans les anciens numéros d'AQUA Plaisir, entre 1998 et 2008)… Mais cette année, celle-ci dépassait les 20 cm ! Ce phénomène est plutôt rare, et je ne me souviens pas avoir vu un tel hiver depuis 1985 ou 1986. C'est donc un événement assez exceptionnel, mais qui peut s'avérer tragique pour les espèces exotiques pas vraiment adaptées au froid, à l'instar du vairon de Chine.

D'où la photo de ce spécimen mort, pris dans la colonne d'eau entre deux épaisseurs de glace. On voit d'ailleurs les bulles et autres éléments piégés dans cette couche de glace, déjà bien réduite (la photo a été prise il y a maintenant une bonne semaine). Hélas, ce n'était pas le seul tanichthys mort, et j'ai pu en dénombrer près d'une dizaine. Difficile de savoir ce qui se passe sous les branchages, tout au fond du bassin. Peut-être qu'à cette profondeur (50 cm), certains poissons ont pu résister au froid et sortiront quand les températures seront bien plus clémentes. Si la température de l'air a été proche de 16, voire 18°C ces derniers jours, il faut tout de même un peu plus de temps pour que celle de l'eau remonte. D'autant que le froid s'est installé à nouveau depuis aujourd'hui !

Le suspense devrait certainement rester entier jusqu'à la fin avril, voire le début du mois de mai. Là, avec des températures de l'eau que j'espère supérieures à 10°C, je pourrai enfin voir si quelques tanichthys ont réchappé à ce dur hiver, ou au moins fouiller le fond du bassin pour retrouver éventuellement leurs restes.

Je donnerai des nouvelles sur ce blog en temps voulu. Affaire à suivre…

8 commentaires:

  1. Il y aura des survivants. Ici à Toulouse, quelques décès également, mais la majorité a survécu. C'est seulement un peu de sélection naturelle. Il faut voir en Uruguay lors des hivers un peu plus rigoureux le nombre de cadavre de poissons retrouvés !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    J'ai encore regardé hier, et apparemment il n'y a plus rien… Mais je n'ai pas non plus fouillé plus que cela. J'attends une réelle remontée des températures, plutôt que ce sympathique aperçu d'été que nous avons eu dernièrement. ;-)
    En tout cas, merci pour le partage de votre expérience. Et je n'hésiterai pas à donner des nouvelles de ces tanichthys, s'ils ont survécu (soyons optimistes) !

    RépondreSupprimer
  3. bonjour,

    chez moi en région parisienne, ils ont bien résisté, j'ai aussi des notropis chorosomus et tout le monde est en pleine forme.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    Concernant les chrosomus, un ami n'a eu aucun souci non plus en étant basé en Dordogne (par contre, il a perdu ses Cyprinella - ex Notropis - lutrensis !). Apparemment, les chrosomus craindraient plus le chaud que le froid…

    Quant aux tanichthys, j'ai appris également qu'une personne les maintenant en Belgique a eu de la casse, mais avec tout de même suffisamment de survivants. Peut-être que le volume de mon bassin n'était pas suffisant (pourtant, 50 cm de profondeur)… J'attends la fin des vacances de Pâques et surtout un réchauffement avant de contrôler qu'il n'y a vraiment plus rien. Car il y a une très grosse racine au fond du bassin, sous laquelle certains poissons ont très bien pu se réfugier. Peut-être attendent-ils un véritable réchauffement pour sortir ? Mais honnêtement, ça m'étonnerait !

    RépondreSupprimer
  5. Malheureusement, ils seraient sorti depuis... Chez moi en région parisienne, mon bassin fait 1.2m de profondeur en sol, c'est nécessaire pour pouvoir conserver un minimum de température, mais il faut voir aussi le volume global du bassin qui influence aussi l'inertie. Ce type de poisson peut subir des températures très basses, mais après, c'est le temps que dure cette abaissement de température qui fait de la casse.

    RépondreSupprimer
  6. Je confirme : il n'y en a plus, j'ai contrôlé hier. La profondeur n'est pas autant importante que celle de votre bassin (50 cm chez moi) et comme vous le dites, le volume d'inertie joue beaucoup. C'est également vrai pour l'été, d'ailleurs.
    J'avais précédemment gardé une colonie de tanichthys pendant 7 ans dans un volume moindre et avec succès. Mais voilà, les hivers avaient été bien moins rigoureux et, surtout, les températures basses n'avaient duré que quelques jours. Pas plusieurs semaines comme l'hiver dernier.
    Je réfléchis actuellement à un moyen de les protéger, dans le cas où je tenterai encore leur maintenance en extérieur… des fois que l'hiver prochain soit du même acabit que le précédent !

    RépondreSupprimer
  7. Suivant la taille du bassin on peut poser une bâche transparente, au moins la nuit, sur des carrés de bois pour permettre l'oxygénation. C'est ce que j'ai fait cet hiver durant les quelques jours où la t° descendait en dessous de 0.

    RépondreSupprimer
  8. Je vais de toute manière attendre un peu avant de réinstaller des poissons… Voir s'il n'y a pas une autre espèce qui serait plus "intéressante" (selon mon point de vue, uniquement !) à accueillir. À suivre… ou non.

    RépondreSupprimer