vendredi 6 avril 2012

Indignation… Total

Après bientôt 13 années de procédure, Total va peut-être sortir blanchie de la marée noire qu'elle a occasionnée. Pire, sa première condamnation pour imprudence pourrait être simplement annulée !

En effet, l'incident s'étant déroulé en zone internationale, la cour de Cassation doit décider si elle suit l'avocat général qui préconise l'annulation de la condamnation. Pour quel motif ? Le plus cynique qui soit : battant pavillon chypriote, l'Erika était donc un bateau étranger qui au moment de l'incident se trouvait en zone internationale. Autrement dit, ce serait à Chypre de traîner Total en justice, et non pas à la France, alors que ce sont les côtes bretonnes et vendéennes qui ont été souillées… Il est évidemment ridicule d'imaginer un seul instant que la justice chypriote puisse s'attaquer à Total et la faire condamner.
Mais çà ne s'arrête pas là. En annulant cette condamnation, la justice française donnerait alors un permis de polluer, en toute légalité.

Il n'y a plus qu'à attendre la décision, qu'on pense hélas déjà à l'avantage de Total. Mais on peut encore espérer… un petit peu.

À noter que dans le même temps, les autorités écossaises viennent de décider l'envoi d'une équipe d'experts en mer du Nord, afin d'évaluer l'impact de la fuite de gaz sur la plate-forme de… devinez qui ? Total ! Apparemment, l'Écosse n'a pas vraiment confiance dans les communiqués rassurants de notre (trop) chère compagnie pétrolière.

Qu'il semble loin le temps où l'on nous parlait d'écologie, d'écogestes et tutti quanti. Où est donc passé le Grenelles de l'Environnement ? Certainement sous une bonne couche de mazout. Merci Total !

Quelques liens pour en savoir plus :
Le Monde
L'édito de Paul Quinio sur Libé
Ouest-France

[EDIT du 10 avril 2012]
Correctif : l'Erika ne bat pas pavillon chypriote, mais bien sûr pavillon maltais. Une erreur commise à force de voir rouge face à ces phénomènes de marée noire… et de total(e) impunité.
À noter que le pavillon maltais est considéré comme un pavillon de complaisance. Voici la définition donnée sur Wikipédia :
"
Un pavillon de complaisance également connu sous le terme pavillon de libre immatriculation est l'immatriculation d'un navire dans un pays qui permet à des propriétaires étrangers de placer leur bateau sous leur juridiction. Les armateurs choisissent ce pavillon pour son caractère peu contraignant, en matière de fiscalité, de sécurité du navire ou de droit du travail auquel est soumis l'équipage par exemple."
Effectivement, on aura remarqué que pour ce qui concerne l'Erika, le caractère de sécurité du navire était très loin d'être contraignant…
Pour en savoir plus sur le pavillon de complaisance : Wikipédia

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire