mardi 3 avril 2012

Les Amphibiens sont arrivés…

Officiellement, le printemps est arrivé depuis déjà plus de 10 jours. Mais officieusement, cela fait quelque temps que de doux coassements se font entendre dans le jardin… plus proches que jamais.

Près de la terrasse, trône une vieille caisse en plastique remplie à moitié d'eau de pluie (et d'eau de conduite pour le reste), destinée à accueillir les larves de moustiques censées apporter un complément alimentaire aux poissons (les plus espiègles demanderont : "mais qui est donc le complément alimentaire qui va stimuler la ponte des femelles moustiques, nécessitant du sang ?"). Et voici que certains en profitent !

Il s'agit d'un couple de crapaud commun (Bufo bufo) qui semblait avoir trouvé là un site bien accueillant pour leur future descendance ! On voit ici les animaux, en bas à gauche sur la photo. Finalement, ils vont préférer un bassin situé à quelques mètres, toujours en abord de la terrasse, et dans lequel il n'y a aucun poisson. En fait de "couple", je m'apercevrai très vite qu'il y a finalement 3 crapauds dans cette caisse… et qu'une fois dans le bassin, 2 autres s'ajouteront encore. Apparemment, il y aurait 4 mâles pour une femelle, au vu de la lutte acharnée qui s'est déroulée ce week-end pour l'accouplement. À tel point, qu'avec à un moment les 4 mâles sur elle, j'ai cru que la femelle allait se noyer ! Cela fait en tout cas une sex-ratio plutôt déséquilibrée.

Chose intéressante : durant des années, dans le quartier relativement nouveau où j'habite, pas un seul coassement de crapaud. La forêt n'est pas très loin toutefois, à seulement 15 mn à pied pour un Humain. Mais pour ces petits animaux, cela fait tout de même une sacrée distance, d'autant que les routes, dont une très fréquentée, sont nombreuses.
Petit à petit, des coassements se sont faits entendre, d'abord lointains ces dernières années, puis de plus en plus proches, jusqu'à la capture par inadvertance, dans une piscine gonflable, d'un premier crapaud esseulé l'an passé. Apparemment, au fil du temps, on peut imaginer que les animaux ont commencé à coloniser les jardins avoisinants, gagnant du terrain année après année, malgré les routes particulièrement dangereuses pour ces Amphibiens. En un sens, malgré les bouleversements urbains, la Nature tente toujours de reprendre ses droits.

Depuis la prise de cette photographie, la ponte a eu lieu dans le bassin (et apparemment rien dans la caisse en plastique initiale) : de longs cordons d'œufs ornent la surface du bassin. Il y en a sans doute d'autres, plus en profondeur, mais impossible de savoir à cause de la dense végétation flottante.
À noter que depuis, je n'ai plus aperçu un seul crapaud. J'ignore s'ils ont quitté le jardin, car il m'a semblé entendre quelques sons caractéristiques émis par ces Amphibiens. Mais impossible de les repérer, alors que jusque-là ils n'étaient guère discrets. On sait que les crapauds vont se reposer une fois la période des amours terminée… mais est-ce vraiment déjà fini ?

Pour conclure, je suis bien embêté… Moi qui espérais installer les poissons tropicaux à la belle saison, je vais devoir attendre le bon développement des têtards, voire leur métamorphose, pour éviter toute prédation (ceci étant dit, je doute que des petits Cyprinidés ou même des Osphronemidés - Macropodus ocellatus par ex. - s'en prennent à ces gros têtards). Car il faut rappeler qu'il est interdit de prélever ou détruire ces animaux, qui sont protégés. Je dois donc assurer leur protection ! Ce qui reste tout de même gratifiant, même si mon rôle est plus que limité.
J'avoue par contre être un peu pessimiste sur ce qui arrivera aux crapauds juvéniles lorsqu'ils quitteront le bassin, qui est une sorte de havre pour eux. Bien sûr, le nombre fait la force, et il y aura sans doute des survivants. C'est la loi de la Nature. Je serai sans doute fixé l'année prochaine, lorsqu'ils reviendront à nouveau pour pondre… N'y aura-t-il que 5 crapauds, une dizaine ou bien plus ? Réponse au printemps 2013 !

4 commentaires:

  1. Dans mon bassin j'ai des notropis, corydoras, Tanichthys et des Enneacanthus chaetodon, et les tétards sont des centaines, mais c'est vrai que les fameux macropodus ocellatus sont un peu plus gros, peut-être qu'ils en mangeront ?

    Les crapauds commun nés cette année ne viendront pas l'année prochaine pour la reproduction car la maturité sexuelle n'est atteinte qu'après 4 ou 5 ans, c'est donc un investissement sur l'avenir !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Merci pour les précisions.

    Concernant les M. ocellatus, je pense qu'ils peuvent éventuellement blesser, voire tuer quelques têtards, mais pas de là à les décimer. Surtout que, comme vous le dites, ils sont plusieurs centaines.

    J'en profite pour dire que vous avez de la chance d'avoir des Enneacanhtus chaetodon. C'est une magnifique espèce qui hélas se raréfie en magasin (du moins dans ma région…). D'ailleurs, il y a d'autres Centrarchidés très beaux, mais il est vrai que vus du dessus, ils n'attirent pas autant que les poissons rouges ou autres carpes koï à cause de leur dos plutôt sombre.

    RépondreSupprimer
  3. Oui les Enneacanhtus chaetodon sont très rares, j'en ai mis 8 il me semble en début d'été 2011 (acheté chez Iktus par correspondance) et bien ils ont aussitôt pondus et les petits sont encore présents dans mon bassin, mais ils mettent du temps pour grossir, ils font moins de 2cm. Par contre en bassin, c'est un poisson très peureux et très discret, ils ne mangent pas de paillettes mais ont un gros faible pour les larves de moustiques qui les font sortir de leurs cachettes quand je fait une distribution !

    RépondreSupprimer
  4. Iktus Aqua est une boutique en ligne très sérieuse et avec un choix de poissons impressionnant. Je ne suis donc pas étonné de la provenance. ;-)

    En aquarium, cette espèce est également assez timide. J'en avais eu il y a… pratiquement 30 ans. Même constat : seule la nourriture vivante ou congelée était acceptée. Impossible de leur faire accepter les paillettes. Pour les faire sortir un peu plus, le mieux est d'avoir un bac très bien planté, ce qui leur donne un peu plus confiance. Je suppose qu'en bassin, c'est la même chose.
    J'avais eu l'occasion d'en observer en milieu naturel, en Caroline du Nord. De mes souvenirs, ils se tenaient non loin des berges, à faible profondeur (ce qui ne veut pas dire qu'il n'y en a pas à plus grande profondeur !) sur un substrat de sable fin. Toujours à proximité de touffes de végétation (aquatique comme plantes de berges dans zones inondées).
    Autre espèce particulièrement jolie : Enneacanthus glorious. Observée et pêchée au même endroit, d'ailleurs. L'espèce avait ici une magnifique livrée qui tirait sur le violet, constellée de points verts irisés. Malheureusement, je n'ai jamais vu cette coloration en aquarium. Et les spécimens que l'on avait pêchés l'avaient perdu au bout de quelques heures et ne l'ont plus montré par la suite en aquarium. Dommage !

    RépondreSupprimer